La création high-tech, l'art du futur

16
Mai

La technologie est un art… L’art d’ imprimer !

En ce troisième jour du BGF, la petite créature à l’âme pixellisée que je suis vous emmène, rien qu’une dernière fois (#Tristesse), à la découverte des objets technologiques les plus stupéfiants du Bordeaux Geek Festival 2016. Et pour se faire, direction le stand de Cap Sciences !

stand capsciences

Outre le casque Oculus Rift qui offre une expérience de réalité virtuelle immersive, les exposants ont également agrémenté ce Fab Lab improvisé de machines à l’allure géométrique, et à l’usage un peu obscur de prime abord. La plus imposante d’entre elles s’avère être un genre d’imprimante à découpe laser. Le dispositif est relié à un ordinateur à travers lequel il suffit de paramétrer le logiciel adéquat, en indiquant l’objet ou l’image que l’on souhaite créer sous un format vectorisé.

Ne faites pas les gros yeux, le procédé est moins compliqué qu’il n’en a l’air ! Ce format correspond à une image numérique composée de formes simples, comme des carrés ou des triangles, facilement interprétables par la machine. Une fois le fichier transmis à cette dernière, le mécanisme s’enclenche pour élaborer progressivement l’objet de votre création dans le matériau préalablement déposé à l’intérieur. Ici, les productions sont faites à partir de planches de bois et le résultat parle de lui-même : la découpe est d’une précision impressionnante, ce qui confère une certaine délicatesse aux objets ou motifs façonnés. On peut même faire des cardboards !

Le trio d’imprimantes 3D cubiques est loin d’être en reste. Les petites statuettes disposées çà et là sur les tables à tréteaux sont, elles aussi, fabriquées avec une justesse fascinante. Les figurines, tantôt polygonales, tantôt plus réalistes, sont toutes d’une qualité déconcertante. Ces appareils sont d’un si petit gabarit qu’on ne croirait pas qu’il est possible de créer aussi joliment des objets ! Cela ne peut que donner envie d’acquérir l’une de ces petites merveilles de technologie. En tous cas, pour ma part, je suis restée sans voix pendant un moment devant ce lion à la parure d’un bleu électrique !

Sur le stand voisin, on trouve également Inria et ses jeux interactifs en réalité augmentée. Les prototypes présentés au BGF constituent eux aussi une forme de création high-tech. De l’assemblage de briques aux matières lumineuses, en passant par un travail sur les ondes, les interfaces technologiques élaborées accordent toutes une place centrale aux capacités d’imagination et de création de l’utilisateur. Rien qu’avec une zone lumineuse projetée sur la surface plane du stand, il est possible de transformer un simple carré d’herbe en une petite plateforme animée attrayante.

Jeu interactif realité augmentée poster

Et voilà, c’est déjà « le début de la fin » du BGF 2016… Cette deuxième édition s’achève, empreinte d’une passion singulière et d’un enthousiasme propre aux geeks, grâce à vous ! Que vous soyez venus dès l’ouverture ou que vous ayez suivi le festival derrière votre écran, ces 3 jours ont été riches en expériences, rencontres, échanges et découvertes, que celles-ci soient culinaires ou high-tech. Sans oublier l’humour intarissable et la bonne humeur omniprésente entre les allées du festival, communiquée par les participants, les exposants et les invités. Ce fut un plaisir d’être en votre compagnie durant ces quelques jours et je n’attends qu’une chose : revenir l’année prochaine pour la troisième édition du Bordeaux Geek Festival !

Eva Morin-Marechal


© Mes plus sincères remerciements à Mandora et à l’équipe pour m’avoir accordé la chance d’écrire pour le BGF 2016 et de vivre une expérience particulièrement enrichissante.

Partagez avec vos amis !

Répondre

Répondez au CAPTCHA pour envoyer votre message : *

.gdlr-blog-full .post { width: auto; max-width : 750px; }